Les lignes qui suivent constituent une tentative de traduction d’un article disponible sur le site américain du Temple Satanique, destiné à fournir des directives et des clarifications pour ses membres désireux de concevoir et d’effectuer des actions en son nom.

Précision importante: le présent blog résulte d’une initiative privée et individuelle d’un membre du Temple Satanique, n’a aucun caractère officiel et n’engage en aucun cas cette organisation religieuse en tant que telle.

 

  1. La lutte sociale est un acte de liberté d’expression et ceux qui y prennent part doivent respecter la liberté d’expression.
  • La liberté d’expression n’inclut pas le droit de harceler, de calomnier ou d’inciter à la violence.
  • Être offensé n’est pas la même chose qu’être harcelé : le Temple Satanique offense beaucoup de personnes parce qu’elles sont offensées par Satan, mais cela ne leur donne pas  le droit de nous faire taire.
  • Si vous pensez qu’on ne devrait pas avoir le droit d’offenser autrui, alors vous ne devriez pas vous joindre à [nos] luttes parce que cette assertion offense le Temple Satanique.

      2. Ayez une position clairement articulée avec des exigences réalistes et un énoncé concret et bien défini de ce que serait la réalisation de vos objectifs.

  • Si la mission [que vous vous fixez] consiste à mettre fin à la persécution d’un groupe, il ne s’agit pas un objectif efficace, car celui-ci est vague et ouvert à des opinions subjectives concernant ce qui constitue une persécution et si cette persécution vient d’une source qui peut faire l’objet d’une confrontation. Les enjeux doivent être définis avec précision.
  • Ne présumez pas qu’un large soutien est l’indice d’un plan cohérent pour opérer des changements constructifs. Des slogans accrocheurs et des objectifs inaccessibles peuvent susciter un soutien important et des contributions financières substantielles, mais ils ne conduiront pas à une transformation sociale bénéfique en l’absence d’objectifs articulés et réalisables, et ils contribueront probablement à la fragmentation sociale, tout en épuisant l’énergie révolutionnaire des participants.

      3. Une lutte efficace est fondée sur une théorie légitime du changement qui est illustrée par la structure suivante:  « SI je fais X, ALORS Y se produira DU FAIT DE Z ».

  • Par exemple: SI le TS constitue une organisation satanique avec des croyances sincères et exige pour celles-ci les mêmes droits qui sont accordés à d’autres entités religieuses,  ALORS un ensemble plus large de personnes pourront également profiter de ces privilèges, ou bien certains privilèges ne seront plus le seul domaine d’une élite arbitraire, DU FAIT DES protections juridiques et des droits définis par le Premier Amendement et par le Civil Rights Act de 1964.
  • Faire prendre conscience d’un problème peut être un objectif légitime si il est intégré à une stratégie plus large et bien conçue, mais n’est pas légitime en tant que but à part entière, car la conscience de l’injustice ne permet pas de mettre fin à celle-ci sans stratégie. Si vous êtes brutalement attaqué par un forcené, souhaitez-vous que des milliers de personnes sachent que vous avez été agressé par une sensibilisation à cette agression, ou bien préférez-vous que, ne serait-ce qu’une seule personne, intervienne physiquement ?
  • Si vous ne pouvez pas proposer une théorie légitime du changement, vous n’avez pas une approche viable.
  • Il est facile de se convaincre qu’une théorie du changement mal conçue est légitime. Faites organiser votre théorie du changement par des tierces personnes intelligentes et impartiales afin de vous assurer qu’elle tient la route.

    4. La lutte sociale doit s’appuyer sur des principes par opposition à une politique des identités. Tout le monde bénéficie de l’application de principes bien conçus.

  • Si vous vous opposez à toute discrimination fondée sur la religion, vous défendez un principe. Cependant, si vous ne vous opposez qu’à la discrimination des satanistes, votre mouvement est source de divisions et contre-productif, car vous cherchez seulement à protéger un groupe et à établir une nouvelle classe privilégiée en négligeant d’autres groupes touchés par le même type de discrimination
  • La vertu de chacun est définie par la qualité de ses principes, et non par son degré de victimisation.
  1.   Concentrez-vous sur des problèmes spécifiques et ne faites pas vôtres des questions dont vous pensez qu’elles sont analogues.
  • Les groupes opprimés ne sont pas tous semblables: adopter l’agenda d’un autre groupe opprimé (ou apparemment opprimé) et l’intégrer dans votre mouvement cooptera celui-ci et affaiblira son intégrité.
  1. Défendez des enjeux et des principes – ne soutenez pas automatiquement l’agenda complet  de partis, d’organisations ou d’individus.
  • Combattre des politiques partisanes par d’autres politiques partisanes esquive toute possibilité de se livrer à l’introspection et laisse peu d’espoir en une issue constructive.
  • Défendez des principes et non des personnes. Si vous soutenez ou ignorez des abus de pouvoir parce qu’ils sont le fait d’un politicien ou d’un parti politique que vous soutenez, ces nouveaux pouvoirs seront transmis à d’autres que vous ne soutiendrez peut-être pas.
  • Défendre des enjeux donne plus de possibilités de points communs avec des personnes qui peuvent autrement devenir des adversaires.
  1.   Ne laissez pas les récits prévaloir sur les faits.
  • Quand des individus, des organisations, des journalistes ou des réalisateurs bien intentionnés prennent des libertés avec les faits au nom d’un récit, ils affaiblissent dramatiquement des causes légitimes quand les faits apparaissent en pleine lumière.
  • Si vous vous reposez sur de la propagande, des mises en scène, des distorsions, des demi vérités ou des mensonges purs au nom d’une « plus grande vérité », [cette ligne directrice] doit constituer un avertissement que votre position est néfaste et devrait être abandonnée.
  1.   Restreignez la participation à votre mouvement aux personnes qui croient en ses principes.
  • Ouvrir votre mouvement de lutte à toute personne avec un agenda politique entraine un manque d’idée directrice.
  • Un petit groupe de personnes déterminées à répondre à un même enjeu accomplira plus qu’un large groupe uni sous une même bannière, mais dont les intérêts divergent.
  1. Si votre lutte  appelle à entraver les droits et libertés d’autres personnes,  à les intimider, à les harceler ou les menacer, à les faire taire, alors vous êtes un ennemi de la liberté, quelque soit votre justification.

 

  1. Se livrer à, faire la promotion de, inciter à, et/ou célébrer des actes délibérés de violence physique contre des civils n’est jamais justifiable.
  • Si vous justifiez votre implication avec des personnes qui tentent délibérément d’assassiner des civils en invoquant un discours sur la justice, vous êtes alors dangereusement délirant.