Le texte comporte la traduction d’une invocation composée en 2014 par Lucien Greaves, le cofondateur et porte-parole du Temple Satanique, quelques indications sur le contexte dans lequel elle a été rédigée et la vidéo d’une de ses récitations ultérieures les plus marquantes.

Précision importante: le présent blog résulte d’une initiative privée et individuelle d’un membre du Temple Satanique, n’a aucun caractère officiel et n’engage en aucun cas cette organisation religieuse en tant que telle.

« Let us stand now, unbowed and unfettered by arcane doctrines born of fearful minds in darkened times. Let us embrace the Luciferian impulse to eat of the Tree of Knowledge and dissipate our blissful and comforting delusions of old. Let us demand that individuals be judged for their concrete actions, not their fealty to arbitrary social norms and illusory categorizations. Let us reason our solutions with agnosticism in all things, holding fast only to that which is demonstrably true. Let us stand firm against any and all arbitrary authority that threatens the personal sovereignty of One or All. That which will not bend must break, and that which can be destroyed by truth should never be spared its demise. It is Done. Hail Satan. »

 

« Tenons-nous à présent debout, insoumis et libres des doctrines ésotériques nées d’esprits apeurés en des temps obscurs. Embrassons l’impulsion luciférienne de manger de l’Arbre de la Connaissance et de dissiper nos illusions béates et réconfortantes d’antan. Demandons que les individus soient jugés pour leurs actions concrètes, et non pour leur allégeance à des normes sociales arbitraires et des catégorisations illusoires. Usons de la raison pour trouver nos réponses en faisant acte d’agnosticisme en toutes choses, ne nous attachant qu’à ce qui peut être démontré. Combattons fermement toute autorité arbitraire qui menace la souveraineté personnelle d’une seule personne ou de toutes. Ce qui ne se plie pas doit se briser, et ce qui peut être détruit par la vérité ne devrait jamais être épargné. Tout est accompli. Gloire à Satan. »

Cette invocation a pour principale finalité d’être lue lors de rassemblements publics.

Par exemple, plusieurs villes américaines ont coutume de débuter des cérémonies ou des réunions officielles, comme des conseils municipaux, par une invocation religieuse. Cette pratique a été validée par la Cour Suprême américaine. Il s’agissait initialement d’une revendication de chrétiens, mais juridiquement, tout citoyen se réclamant d’une autre religion peut demander à réciter une invocation inspirée par les « croyances profondes » de celle-ci. Y compris des satanistes.

Des membres du Temple Satanique ont donc fait des démarches dans plusieurs villes pour obtenir de réciter une invocation au début d’un conseil municipal. Le plus souvent, les élus ont préférés mettre purement et simplement un terme à la pratique des invocations religieuses dans un cadre officiel, plutôt que d’accéder à cette demande, ainsi la ville de Phoenix (Arizona) en février 2016.

Ce qui constitue une application concrète de ce que certains membres du Temple Satanique appellent « la loi de Lucien »:

« La loi de Lucien stipule que les administrations choisiront 1) soit de fermer des forums publics quand le Temple Satanique demandera à y parler  2) soit de censurer le Temple Satanique, s’exposant par là même à des recours juridiques. »

Mais il est arrivé que des satanistes obtiennent satisfaction et puissent réciter une invocation au début d’un conseil municipal. Ce fut le cas le 2 août dernier dans la ville de Grand Junction (Colorado), à l’initiative d’une personne non liée au Temple Satanique.

Mais un peu plus d’un an avant cela, le responsable du chapitre de Floride occidentale du Temple Satanique, David Suhor, par ailleurs musicien de son état et dirigeant de l’AHA (American Humanist Association), a pu réciter l’invocation traduite ci-dessus, lors du conseil municipal du 14 juillet 2016 de la ville de Pensacola.

Vous pouvez visionnez ci-dessous  l’enregistrement vidéo. Comme vous pourrez le constater, David Suhor a pu officier dans une ambiance recueillie, face à un public calme, serein et ouvert d’esprit (je rigole: les réactions de l’assemblée sur l’enregistrement sont absolument consternantes). L’invocation en elle-même commence à 8 minutes et 8 secondes, une fois le calme à peu près rétabli: