En attendant un billet plus conséquent sur ce blog, en fin de semaine prochaine, intitulé « Pourquoi se dire sataniste », qui fera suite à « Ce que j’entends par « satanisme » » et qui répondra à certaines objections formulées contre ce dernier, voici, pour conclure l’année 2017, un petit récapitulatif de l’actualité récente de The Satanic Temple dans le monde.

  • L’hébergeur de blogs Patheos, qui accueille les points de vue de diverses confessions et d’athées / agnostiques sur le fait religieux, compte depuis septembre 2017 dans son catalogue de sites celui d’un membre du Temple Satanique : For Infernal Use Only.
  • Lucien Greaves, cofondateur et porte-parole du TS, a lancé une souscription sur Patreon pour financer une chronique régulière. En échange de leur contribution, les souscripteurs ont notamment accès à un grand nombre d’articles inédits, souvent très intéressants.
  • Un membre anglo-saxon du TS a passé une bonne partie de l’été à recenser tous les groupes officiels ou non rattachés à celui-ci, et a établi une liste non officielle. Il a également lancé un webzine, lui aussi non officiel, intitulé Adversus.
  • Aux US, le Temple Satanique a plusieurs campagnes en cours: la continuation du programme After School Satan, qui vise à proposer une alternative laïque et rationaliste aux After School évangélique là où ceux-ci sont implantés (et non à faire du prosélytisme comme cela a été souvent malhonnêtement avancé par d’autres organisations satanistes). Le Protect Children Project propose aux élèves scolarisés dans des établissements qui pratiquent les châtiments corporels de refuser ceux-ci au nom de leur liberté religieuse, garantie par la Constitution. Dans le cadre de la campagne Religious Reproductive Rights, une procédure judiciaire est en cours dans le Missouri pour défendre la liberté religieuse des femmes satanistes de disposer de leur corps comme elles l’entendent, conformément au 3ème tenet de leur religion, contre la législation locale particulièrement restrictive en matière de droit à l’IVG. Un procès est en cours contre la ville de Belle Plaine dans le Minnesota, qui après avoir autorisé le Temple Satanique à installer un mémorial pour les vétérans tombés au combat dans un espace dédié à la libre expression religieuse, a brutalement décidé de fermer celui-ci. La saga qui oppose le Temple Satanique à l’Etat de l’Arkansas, qui est favorable à la liberté religieuse quand il s’agit d’installer dans un lieu public une statue des dix commandements, et défavorable quand il s’agit d’une statue de Baphomet, suit son cours. De nombreuses initiatives locales (soirées festives, rituels publics, campagnes caritatives …) sont régulièrement menées par les différents chapitres. La Grey Faction continue son combat contre les associations et professionnels qui répandent la légende urbaine des Satanic Ritual Abuses. Le QG du Temple Satanique, à Salem, accueille une galerie d’art et des cycles de conférence qui semblent très bien marcher.
  • En Europe, s’il n’existe pour l’instant que deux chapitres officiels, qui sont le Royaume-Uni et l’Italie, différents projets, en France, en Allemagne, en Espagne, en Belgique, en Suisse, en Hongrie, dans les Balkans et dans les pays scandinaves, sont en train de se coordonner, d’une part, pour construire une présence visible et durable du Temple Satanique en Europe, d’autre part pour se voir accorder le statut de chapitres officiels. Des contacts ont été pris avec le National Council américain, et un projet de site internet européen commun est à l’étude.
  • En France, un petit groupe s’est constitué, et une rencontre a déjà eu lieu. Le projet n’en est qu’à ses balbutiements, mais nous avons déjà une page  et un groupe Facebook, ainsi qu’un serveur Discord, tous non officiel mais on travaille à ce qu’ils le deviennent.

Joyeuses fêtes, tous mes voeux les plus sataniques, Hail Satan toussa, et et à l’année prochaine !